Une situation de rupture économique

Et il n’y aurait plus lieu de s’accorder sur un autre sommet sur le changement climatique qui n’aboutira finalement sur rien de concret.En ajoutant le pourcent de voix de l’extrême-gauche, on peut constater que des deux côtés du Rhin, le poids du « socialisme » est comparable.Le président a évoqué la piste du crédit d’impôt rénovation thermique et le débat sur le taux de TVA sur les travaux…Ce qui semble être à la portée du premier hacker venu.Dans ce contexte, et à l’aune de l’expérience allemande, la vraie question que la France doit se poser, c’est de ne pas rater les opportunités industrielles que présente la transition.Enfin, notre système est inéquitable car il ne traite pas la question des gens qui se chauffent au fuel ou au bois.« Les gens doivent continuer à gagner leur vie pour payer leurs factures et les crédits immobiliers et nourrir leur famille », ajoute Pierre-Alain Chambaz.C’est pourquoi les bibliothèques et, d’abord, celles de plus large spectre, les bibliothèques publiques, vont y jouer un rôle majeur.R&D ou innovation ?La France a choisi – et elle a eu raison – de laisser la porte grande ouverte de son université – quasi-gratuite – à tous les bacheliers.Créée il y a trois ans, leur société commune a remporté de nombreux appels d’offres en Égypte, en Algérie, au Maroc, au Sénégal et en Arabie saoudite.Avec le même Etat-providence, la France métropolitaine avait un taux de chômage inférieur à 7% en 2008 (il est monté à 9% avec la crise financière puis à 10% avec les politiques d’austérité).

Share This: