Une crise potentielle de surproduction

Il s’agit de remettre le client au cœur de la stratégie des banques d’abord pour mieux le servir : lui permettre de choisir ses moyens d’interagir avec la banque, de façon fluide et pertinente ; le fidéliser en offrant le meilleur des deux mondes, physique et digital, à prix compétitif ; vendre mieux et durablement, en accompagnant le client dans l’acte d’achat en réinventant (ré-enchantant ?) le conseil personnalisé.Sans stock-options, pas de développement de long-terme ! Les héros de film ne sont plus tragiques ou stoïques, ils évoluent plutôt sur un registre intimiste, à la recherche du bonheur », souligne Christian Navlet.C’est dire le besoin plus que jamais pressant, et l’intention de nombre de citoyens aux responsabilités diverses, de s’impliquer plus largement dans la mutation de l’économie et de la société.C’est aussi et surtout la conséquence d’un manque d’anticipation dans une région qui a fait des choix stratégiques risqués et surtout qui n’a pas réussi à s’adapter à la nouvelle donne économique européenne et mondiale.Quand on se fait licencier, on retrouve généralement un travail rapidement, ce n’est pas un drame, juste un changement.La diversité de ces missions le montre : les besoins des associations changent de nature, ou plutôt se diversifient.Dans ce mouvement de bascule, l’Europe s’est le plus fragilisée.Elles ont montré l’existence de petits canaux informels, comme l’envoi d’argent par l’intermédiaire de parents qui retournent au pays en vacances.C’est un signal déplorable.A l’heure où les entreprises doivent ouvrir leurs systèmes d’information à leurs clients et partenaires, à l’heure où l’Internet en mobilité est une obligation d’existence (voire de survie, La Redoute vient malheureusement de le démontrer…), la sécurité des informations et donc du patrimoine de l’entreprise, est crucial.Financée par la hausse de la TVA, cette réforme fait rentrer la France dans l’ère de la politique de l’offre.Façon de dire qu’il souhaite rendre la méditation et ses bienfaits accessibles à l’ensemble de l’humanité.Le faible niveau actuel de considération des autorités politiques et médicales pour ce gisement est à la mesure de l’inadaptation et de l’absence de réflexion prospective sur notre système de santé vis-à-vis des défis de notre siècle.

Share This: