Régulation financière : place au réalisme

Les technologies défensives utilisées de manière conventionnelle par les entreprises ne les protègent pas toujours efficacement contre les menaces de nouvelle génération.Néanmoins, ils sont soit trop génériques – tendances trop vagues -, soit trop sectoriels – technologies ciblées.Et cela n’est jamais tant manifeste que dans les analyses prospectives des économies émergentes.Contourner la DSI, mais dans l’intérêt de tousLa sécurité et la conformité des données sont clairement des facteurs essentiels à la gestion d’une entreprise, alors pourquoi les employés considèrent-ils leurs agissements comme un risque acceptable ?Le leadership actuel des USA en matière de commerce mondial et de gouvernance financière et monétaire repose sur les atouts interdépendants dont ils bénéficient : ils fournissent la devise clé utilisée au niveau international, ils alimentent la demande mondiale, ils établissent la tendance en matière de régulation financière et disposent d’une banque centrale qui est de facto le prêteur de dernier recours pour toute la planète.Cependant, il semble qu’il ait décidé de ne rien changer à ses habitudes. Selon Antonio Fiori, il faut compter 10.000 à 12.000 euros pour un magasin (infrastructure technique, logiciel de paiement, tablettes). Cette jeune organisation peut se targuer de prestigieux parrains au sein de son Conseil Stratégique, dont Guy Sorman, Jean Marc Daniel ou Matthieu Laine, et d’excellentes relations avec d’autres think tanks sur Washington ou en Asie.Il s’agit ici de transformer les systèmes de financement parallèle (le fameux shadow banking) en quelque chose d’institutionnalisé, plus à même de soutenir l’initiative privée à la marge.Les problèmes à résoudre sont nombreux : les aspects de conservation, d’imagerie, de paléographie, ainsi que les choix de publication numérique doivent être abordés.Mais, alors que les différents sondages montrent que, globalement, les opinions publiques placent les questions de sécurité et de défense en première ligne et, souvent, devant les questions sociales ou sociétales, les pouvoirs publics sont en décalage croissant avec leurs peuples.Sur le plan qualitatif, Bruxelles doit impérativement faire valoir, de manière plus exigeante, le concept de réciprocité inscrit par le Conseil européen, en 2010, comme un objectif des négociations commerciales.

Share This: