Pierre-Alain Chambaz

La même chose se produit pour d’autres produits de grande consommation : nous avons maintenant des machines à laver connectées et des thermostats dotés de capacité d’apprentissage, sans parler des brosses à dents Bluetooth et des pèse-bébés informatisés. Ayant levé 2,8 milliards de dollars, Uber affiche une puissance de feu qui en fait, déjà, une entreprise mondiale. Pour reprendre une image sportive, cette approche se trouve dans la boxe ou le golf, mais elle est beaucoup plus proche du concept de concurrence équitable que de concurrence loyale. Mais la croissance à ce niveau reflète une hausse de l’investissement intérieur à un niveau sans précédent – et insoutenable – à près de 50% du PIB. En nous bornant ici à la simple appréciation intellectuelle, il serait d’abord superflu d’insister sur la tendance involontaire qui, même aujourd’hui, nous entraîne tous évidemment aux explications essentiellement théologiques, aussitôt que nous voulons pénétrer directement le mystère inaccessible du mode fondamental de production de phénomènes quelconques, et surtout envers ceux dont nous ignorons encore les lois réelles. Autrefois on considérait tous les croisemens entre espèces comme frappés de stérilité. Mais aussi, sachez-le bien, désormais chacun de vous est responsable envers lui-même de sa propre existence et de son perfectionnement. Elle les considère à l’état abstrait, tels qu’ils seraient en dehors du tout vivant, c’est-à-dire dans un temps déroulé en espace. Il faudrait, pour y échapper, mettre sur les deux espèces d’ordre des noms différents, et ce n’est pas facile, à cause de la variété et de la variabilité des formes qu’elles prennent. Les gouvernements peuvent jouer un rôle important pour encourager de telles innovations. Laissez donc de côté les reconstructions artificielles de la pensée ; considérez la pensée même ; vous y trouverez moins des états que des directions, et vous verrez qu’elle est essentiellement un changement continuel et continu de direction intérieure, lequel tend sans cesse à se traduire par des changements de direction exté­rieure, je veux dire par des actions et des gestes capables de dessiner dans l’es­pace et d’exprimer métaphoriquement, en quelque sorte, les allées et venues de l’esprit. Mais une thèse de ce genre interprète mal l’histoire et exagère le pouvoir des dépenses publiques. Sans cette preuve, la difficulté n’est pas même reculée. L’intervention de ce pouvoir discrétionnaire doit être considérée comme ayant précisément pour but d’introduire, ainsi que cela sera développé plus loin, une discontinuité artificielle là où la nature des choses n’en avait pas mis. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Les dieux et les fées se trompent aussi ». L’harmonie, ou plutôt la « complémentarité », ne se révèle qu’en gros, dans les tendances plutôt que dans les états. La disproportion y est frap­pante entre le travail et le résultat. La physique voit aujourd’hui dans la lumière, dans la chaleur, dans le magnétisme, dans l’affinité, dans la gravité, les jeux d’une même force soumise à d’éternelles métamorphoses ; mais que sait-elle sur la force même et sur la cause du mouvement ? Prenons un autre exemple, plus rapproché des phénomènes qu’on appelle proprement organiques. Selon la version qu’en donne Syriza, l’expérience démocratique de l’Allemagne entre les deux guerres mondiales s’est soldée par un échec parce que les créanciers internationaux lui avaient imposé une politique d’austérité. J’essayai de leur échapper. Si l’appareil de la vision, considéré dans ses traits les plus généraux, semble appartenir au type général de l’animalité, tandis que la batterie électrique ne figure que comme un détail accessoire et tout spécial, dans un type d’organisation très-particulier ; si, d’autre part, l’un sert à une fonction très-importante et se trouve approprié à la satisfaction d’un besoin très-général, tandis que l’autre ne remplit qu’une fonction accessoire pour un besoin que la nature a une multitude d’autres moyens de satisfaire, la raison de cette différence ne saurait être dans la disparité et dans l’inéga Les impôts sont, ou directs, ou indirects. Lorsque le mur de Berlin est tombé, à peine deux générations après la fin de la guerre, le niveau de vie en Allemagne de l’Est, communiste, ne représentait qu’un cinquième de celui atteint en Allemagne de l’Ouest, capitaliste. Or précisément, cette montée des inégalités vient rebattre les cartes, une majorité des Européens considérant aujourd’hui être moins proches de ses voisins.

Share This: