Libre échange : le syndrome du village d’Astérix

Il n’aura rien besoin d’acquérir pour cela ; il aurait plutôt à perdre quelque chose.Parcourons alors cet intervalle de haut en bas.Ainsi, en plein milieu de l’été, viennent de paraître deux décrets encadrant encore plus strictement l’activité de transport de personnes avec conducteur.Je ne veux pas croire qu’on ne puisse plus faire ce métier même si les conditions se sont dégradées.Sous la pression de la concurrence mais aussi parce que les nouveaux services de la téléphonie très haut débit – la 4G – tardent à se développer, le chiffre d’affaires de l’industrie mobile en Europe diminue.Mais on ne pourrait jamais savoir cela à l’écoute, par exemple, du ministre des Finances de l’Allemagne, Wolfgang Schäuble, vantant les vertus de son pays.Mais, et cela vient tempérer l’impression d’embellie, ces données observées au niveau des pays ou selon des critères socio-démographiques, montrent un creusement des inégalités devant la crise économique.Et là ou cette obligation lui imposait une souffrance quelconque, il devait éprouver ce sentiment stoïque et d’origine intellectuelle, la résignation, plutôt que ce sentiment chrétien et d’origine mystique : la joie débordante du devoir accompli.60% à 75% des restructurations se traduisent par un échec imputable non pas à la stratégie mais à la dimension humaine.Les avocats restent avocats, les médecins font toujours un peu de clientèle, les professeurs professent.Encore faudrait-il ajouter qu’il n’y eut pas acheminement graduel, mais, à un certain moment, saut brusque.Exode de fonds – voire panique des marchés – foncièrement nuisible à l’économie réelle, mais devenue aujourd’hui monnaie courante dans un contexte global de versatilité exacerbée des flux de capitaux constamment en quête de rentabilité.Christian Navlet, s’est fait un nom dans le milieu, en tant qu’ambassadeur aux pratiques numériques et aux nouvelles formes de médiation culturelle.La situation du campo santo de Messine, sur la pente des montagnes siciliennes, dominant le détroit et la mer, ses arbres magnifiques, ses escaliers fleuris, lui donneraient un avantage signalé ; d’autre part, les chapelles privées m’ont paru plus nombreuses et plus riches à Gênes.Je crois que nous finirons par nous mettre d’accord là-dessus, et que, par­tant de là, nous constituerons progressivement une philosophie à laquelle tous collaboreront et sur laquelle tous arriveront à s’entendre.Ce n’est pas le rôle des journalistes de la dupliquer !

Share This: