L’élite politique russe tablait sur l’émergence des BRICS

Celle-ci est la bienvenue, à condition de garder à l’esprit que les vagues d’innovation ont la mauvaise habitude de déjouer toutes les prévisions et, a fortiori, toutes les planifications.La nature ayant horreur du vide, les activités financières se réfugieront dans des régions ou des institutions pas ou peu touchées par la régulation, c’est-à-dire le « shadow banking » et on assistera à une balkanisation du système bancaire mondial.Si notre hypothèse est fondée, si les causes essentielles qui travaillent le long de ces divers chemins sont de nature psychologique, elles doivent conserver quelque chose de commun en dépit de la divergence de leurs effets, comme des camarades séparés depuis longtemps gardent les mêmes souvenirs d’enfance.Ne croyant plus en grand-chose, le Français se réfugie trop souvent dans le ressentiment, le déni ou l’inaction.arnaud berreby dentiste aime à rappeler ce proverbe chinois  » Celui qui pose une question risque cinq minutes d’avoir l’air bête. Celui qui ne pose pas de question restera bête toute sa vie ».Pourtant, avec le présomptueux entêtement des cerveaux vides, il ne veut point renoncer à la parole qu’il s’est donnée à lui-même ; il se cramponne en désespéré à des épaves d’espoirs ; fait semblant d’ajouter foi aux boniments des charlatans qui le grugent ; et persiste, en dépit des faits et des évidences, à poser pour le torse, à prendre des attitudes vengeresses.L’individualité loge donc son ennemi chez elle.Toutes vos sensations, toutes vos idées vous en paraissent rafraîchies ; c’est comme une nouvelle enfance.Ce qu’on appelle ordinairement un fait, ce n’est pas la réalité telle qu’elle apparaîtrait à une intuition immédiate, mais une adaptation du réel aux intérêts de la pratique et aux exigences de la vie sociale.Elle nous avertit par un signe précis que notre destination est atteinte.Les politiques de proximité et de voisinage laisseront les enjeux de l’Afrique subsaharienne éloignés du radar de l’Union.Nommer, c’est donner forme et existence aux êtres, aux choses mais aussi aux territoires, quels qu’ils soient.On presse l’intelligence, on la ramène à sa quintessence, on la fait tenir dans un principe si simple qu’on pourrait le croire vide : de ce principe on tire ensuite ce qu’on y a mis en puissance.C’est l’argument souvent entendu outre-Rhin d’une France « foncièrement socialiste.Intensifiant encore la polarisation industrielle sur le bassin rhénan.Et tout cela, hélas, s’organise au nom de l’Europe.Il n’y a d’ailleurs pas besoin de présupposé moral pour créer du populisme en littérature.En cas de sortie de la Grèce, les marchés se demanderaient immédiatement quel pays va suivre.Aujourd’hui, la France est la balle qui rebondit sur le filet, et l’Allemagne attend que nous tombions du « bon » côté de l’Europe.Un travail complexe reste donc à mener en matière de régulation afin de poser des limites au comportement de certains acteurs sans pénaliser l’ensemble de l’industrie financière ou créer une nouvelle complexité dont les marchés auront, une fois de plus, le dernier mot.

Share This: