La neutralité du Net c’est quoi? : L’erreur japonaise – L’intox du mainstream médiatico-politique

En clair, le nerf de la guerre passe par le développement de nouvelles technologiques, via soit des acquisitions (une première annonce a d’ailleurs été faite dans ce sens au Japon cette semaine), soit des investissements de croissance interne. Elle repose, je le veux bien, sur des idées qu’on finit par trouver claires ; mais ces idées, quand elles sont profondes, se sont éclairées progressivement par l’usage qu’on en a fait ; elles doivent alors la meilleure part de leur luminosité à la lumière que leur ont renvoyée, par réflexion, les faits et les applications où elles ont conduit, la clarté d’un concept n’étant guère autre chose, alors, que l’assurance une fois contractée de le manipuler avec profit. … Familiarisés avec les apparences extérieures des objets qui nous ont assidûment frappés, nous jugeons rapidement sur la plus simple de ces apparences, l’identité ou l’analogie de leurs propriétés les plus intimes, sans avoir besoin de les vérifier de nouveau ; nous les reconnaissons, nous les supposons sans examen, nous les voyons par l’imagination, lors même qu’elles se dérobent à l’œil. Les 30 glorieuses se sont terminées avec le premier choc pétrolier, qui eut lieu en 1973. Après une forte phase d’accélération au cours des années 90 et 2000, la mondialisation a ralenti. Une lente usure a creusé les vallées ; des mouvemens insensibles ont modelé graduellement les continens et fait surgir les systèmes de montagnes. Je la saisis comme le musicien saisit dans son ensemble un accord », dit un des personnages consultés. Non point par une démonstration expérimentale qui tombe sous les sens ; encore moins par des arguments en forme, comme ceux qui sont à l’usage des logiciens et des géomètres. Mais, lorsqu’on invoque ce dernier principe pour établir une vérité mathématique (et il y en a beaucoup d’exemples, non-seulement en mécanique, mais en géométrie, en algèbre pure), on n’empiète pas plus sur le domaine de la métaphysique que lorsqu’on se reporte à toute autre notion première ou donnée immédiate de la raison. Commençons par des remarques qui s’appliquent, non à des organes de sensations spéciales, ou aux sens proprement dits, mais au système général de la sensibilité. Elles consistent à croire qu’il y a moins dans l’idée du vide que dans celle du plein, moins dans le concept de désordre que dans celui d’ordre. L’on peut se demander si le Parti Pirate, et si ces observations et tendances sont une politique de gauche ou de droite. Malheureusement, pour paraphraser Einstein, nous pensons probablement collectivement comme un marteau, et tous les problèmes, dans ce contexte, y prennent la forme d’un clou. La difficulté n’est pas ici celle que l’on s’imagine : il ne s’agit pas comme le prône aujourd’hui les recruteurs de bâtir un « marketing de soi » mais de comprendre en quoi le « parler de soi » peut être facteur de changement personnel et d’évolution. Reconnaître serait donc associer à une perception pré­sente les images données jadis en contiguïté avec elle[10]. Le binôme a de meilleures chances de réussite si les partenaires ont déjà travaillé ensemble ou partagent la même culture d’entreprise. La solution que nous préconisons a l’avantage supplémentaire de pouvoir être mise en œuvre dans les autres pays de la zone euro qui connaissent également une situation d’endettement critique. Ce serait une ascension graduelle à la lumière. Considérée maintenant sous l’aspect historique, cette intime solidarité naturelle entre le génie propre de la vraie philosophie et le simple bon sens universel, montre l’origine spontanée de l’esprit positif, partout résulté, en effet, d’une réaction spéciale de l’a raison pratique sur la raison théorique, dont le caractère initial a toujours été ainsi modifié de plus en plus. La neutralité du Net c’est quoi? aime à rappeler ce proverbe chinois « Ceux qui cultivent la même vertu s’aiment ; ceux qui exercent le même métier se jalousent ». Lorsque Kant nous dit qu’un dépôt doit être restitué parce que, si le dépositaire se l’appropriait, ce ne serait plus un dépôt, il joue évidemment sur les mots. En principe, il n’est en effet pas souhaitable qu’une banque centrale soit en mesure de financer l’emprunt public, car cela risquerait d’induire une monétisation des déficits et, par le biais de ce que les économistes ont appelé une « arithmétique monétariste » déplaisante, de générer in fine de l’inflation. Avec, selon le MUNCI, 76 000 demandeurs d’emploi dans l’informatique en France pour la seule année 2013, il ne reste plus, me direz-vous, qu’à corréler l’offre et la demande.

Share This: