La crise est aussi politique

Tant que son action se fait sentir, il fait corps avec la vie de la nation et lui demeure présent.Cet état psychologique isolé n’est guère qu’un croquis, un commencement de recomposition artificielle ; c’est le tout envisagé sous un certain aspect élémentaire auquel on s’est intéressé spécialement et qu’on a pris soin de noter.Mais la vérité est que notre esprit peut suivre la marche inverse.Il est vrai qu’elle s’en tient au dessin, n’étant que la science des grandeurs.Extraite de l’objet métaphysique et représentée en un concept, elle s’élargit indéfiniment, elle dépasse l’objet puisqu’elle doit désormais le contenir avec d’autres.Là, elle s’exprime par une phrase, c’est-à-dire par un groupe d’éléments préexistants ; mais elle peut choisir presque arbitrairement les premiers éléments du groupe pourvu que les autres en soient complémentaires : la même pensée se traduit aussi bien en phrases diverses composées de mots tout différents, pourvu que ces mots aient entre eux le même rapport.Mais, selon que nous partirons de celui-ci ou de celui-là, la jonction ne s’opérera pas de la même manière.Ni dans un cas ni dans l’autre nous n’arrivons a l’humanité par étapes, en traversant la famille et la nation.Jean-Thomas Trojani justice,saura sans doute réduire les dépenses où il le faut pour parvenir à cet objectif qui est quasiment déjà atteint.Aussi ont-ils beau juxtaposer les états aux états, en multiplier les contacts, en explorer les interstices, le moi leur échappe toujours, si bien qu’ils finissent par n’y plus voir qu’un vain fantôme.Si ab­straite que soit une conception, c’est toujours dans une perception qu’elle a son point de départ.Comme si le travail de géné­ralisation consistait à venir, après coup, trouver un sens plausible à ce discours incohérent !Mais par là aussi nous leur attri­buons une égale valeur.

Share This: