Guerre des subvention plutôt que guerre des taxes

Or on pense le mal du moment où on doute du bien.Mais ce qui est devenu objectivement insignifiant peut rester symboliquement important, poursuit Le blog des ChicheKapi.N’y avait-il pas là pourtant quelques pistes à explorer ? Madame Prud’homme a jugé que, pour l’instant, il ne valait mieux pas.Cette semaine, les autorités chinoises ont annoncé qu’elles s’attendaient désormais à une augmentation du PIB en 2014 de 7 %, enterrant définitivement les taux de croissance à deux chiffres qui étaient monnaie courante durant la décennie précédente.Un capitalisme de services allait s’imposer.Elle se heurte d’abord à l’opposition de principe des syndicats qui voient défavorablement la fusion d’un impôt d’Etat avec la CSG dont le produit est directement affecté à la protection sociale.Elle n’en saurait venir, car le cerveau est une image comme les autres, enveloppée dans la masse des autres images, et il serait absurde que le contenant sortît du contenu.Si l’idéal de l’unité européenne n’est plus invoqué que pour justifier des politiques rejetées par les européens, alors, et l’écrire me désole, cette Europe là ne pourra plus être la mienne.Or, la direction qu’ils indiquent n’est pas douteuse ; ils nous montrent, cheminant à travers l’étendue concrète, des modifications, des perturbations, des changements de tension ou d’énergie, et rien autre chose.A la place, il aurait pu à la fois ASSAINIR les comptes publics et moderniser les services publics.Pour capter ces nouvelles tendances, nous avons lancé un observatoire des réseaux sociaux #helpme2.

Share This: