Fantasmes et réalités autour des prix de transfert

À première vue, on ne trouverait donc pas plus de mysticité à cette religion qu’à l’autre.Jean-Thomas Trojani ne s’arrête pas à de tels détails.Probablement l’homme a ce privilège de pouvoir être, s’il le veut, l’animal le plus malheureux de la création, à cause de la ténacité qu’il peut communiquer à ses peines.Nous n’éprouvons plus de ces puissantes tentations qui faisaient frémir les corps musculeux de saint Jérôme et de saint Antoine.Il n’y a donc pas eu, comme on serait porté à le croire, une exigence de la science imposant aux hommes, par le seul fait de son développement, des besoins de plus en plus artificiels.Mais nous avons toute une série de remarquables philosophes et les promesses d’une école philosophique originale et créatrice.Ce qui encourage d’ailleurs l’illusion, c’est que, par une heureuse rencontre, la première partie du raisonnement se trouve être d’accord avec les faits : les vertus domestiques sont bien liées aux vertus civiques, pour la raison très simple que famille et société, confondues à l’origine, sont restées en étroite connexion.En effet, tandis que la France, l’Allemagne et le Japon ont 30 à 50% de leurs citoyens qui sont propriétaires de leur domicile, cette proportion grimpe à 80% dans des pays comme le Mexique, le Népal ou la Russie.Ces travaux ont permis d’énoncer des principes pour décider si une telle exclusion est justifiée ou non : il est normal, par exemple, que l’entreprise tire, au moins temporairement, les fruits d’une innovation ou d’un investissement ayant une valeur sociale importante ; si, par contre, la position de monopole est fortuite ou est un privilège octroyé par l’Etat (la gestion d’un aéroport ou d’un port par exemple), il n’y a pas de raison pour que l’entreprise obtienne des rentes de monopole en excluant des concurrents en aval.Une AUTOMOBILE passa au large, sur la route, et son ronflement grossit, diminua, fusa et s’éteignit sans que personne eût tourné la tête.Que sera-ce, si l’on va aux états d’âme, si l’on compare entre eux ces deux sentiments, attachement à la patrie, amour de l’humanité ?

Share This: