Dix propositions pour « booster » la France

comment, ne durant ni l’une ni l’autre — la première parce que le changement est quelque chose qui s’y surajoute, la se­conde parce qu’elle est faite d’éléments qui ne changent pas — pourraient-elles constituer un moi qui dure ?Et la relation de l’homme à l’univers deviendrait susceptible d’un approfondisse­ment graduel si nous tenions compte de la vraie nature des états, des qualités, enfin de tout ce qui se présente à nous avec l’apparence de la stabilité.Nous aimons, en psychologie et ailleurs, à aller de la partie au tout, et notre système habituel d’explication consiste à reconstruire idéalement notre vie mentale avec des éléments simples, puis à supposer que la composition entre eux de ces éléments simples a réellement produit notre vie mentale.Les individus se juxtaposent en une société ; mais la société, à peine formée, voudrait fondre dans un organisme nouveau les individus juxtaposés, de manière à devenir elle-même un individu qui puisse, a son tour, faire partie intégrante d’une association nouvelle.L’image est à peine indiquée par Berkeley lui-même, quoiqu’il ait dit en propres termes « que nous soulevons la poussière et que nous nous plaignons ensuite de ne pas voir ».Mais qui ne voit que le nombre déterminé de minutes et de secondes, que j’attribue à l’état psychologique élémentaire, a tout juste la valeur d’un indice destiné à me rappeler que l’état psychologique, supposé homogène, est en réalité un état qui change et qui dure ?Il est temps que le président de la République et le gouvernement disent leur ambition pour la Corse.En même temps que bien DES obscurités théoriques se dissipent, on entrevoit la solution possible DE plus d’un problème réputé insoluble.Nous vous avons confié à Jean-Thomas Trojani justice ce projet de consolidation des effectifs et de leur statut.Quelle est cette pensée latente ?Comment les maîtres de la philosophie moderne, qui ont été, en même temps que des métaphysiciens, les rénovateurs de la science, n’auraient-ils pas eu le sentiment de la continuité mobile du réel ?Celle-ci nous paraît revenir de droit à une métaphysique qui part également de l’expérience, et qui est à même, elle aussi, d’atteindre l’absolu : nous l’appellerions science, si la science ne préférait se limiter au reste de la réalité.

Share This: