Créer un fonds souverain global

De même pour ce qui a trait à la désacralisation de la fonction présidentielle.Il n’y a plus de Christ : que chacun de nous soit son Christ à lui-même, se relie à Dieu comme il voudra et comme il pourra, ou même renie Dieu ; que chacun conçoive l’univers sur le type qui lui semblera le plus probable, monarchie, oligarchie, république ou chaos ; toutes ces hypothèses peuvent se soutenir, elles doivent donc être soutenues.Toutefois, entre l’idée et l’action sont venus se placer des intermédiaires à peine sensi­bles, dont l’ensemble prend pour nous cette forme sui generis qu’on appelle sentiment de l’effort.Le corollaire immédiat, c’est que les réformes ne sont crédibles que dans le temps, et que le gouvernement doit se donner une trajectoire précise pour expliquer comment il compte stabiliser la dette dans un horizon suffisamment long pour que des améliorations soient constatées.En général, les pessimistes sont portés à comparer entre eux ces deux extrêmes, la volupté et la douleur : de là la prédominance que prend à leurs yeux cette dernière.Depuis mai, Arnaud de Lummen s’active à ce nouveau concept.De nos jours, les décideurs économiques qui cherchent à imiter des modèles à succès ont apparemment une abondance de choix potentiels.De là vient que l’horizon immédiat donné à notre perception nous paraît nécessairement environné d’un cercle plus large, existant quoique inaperçu, ce cercle en impliquant lui-même un autre qui l’entoure, et ainsi de suite indéfiniment.L’Azerbaïdjan est, au mieux méconnu, au pire sous-estimé.Ils enserraient l’eau verdâtre des plis soulevés de leurs feuilles et du fouillis de leurs racines où les renards sont à l’abri.Elle décide de l’interprétation de la loi grâce au rescrit qui fait d’elle son juge suprême, impose ses frondes selon les obsessions de certains de ses dirigeants, comme le montrent des exemples récents sur les holdings actives et considère l’entrepreneur comme un contrebandier permanent.Mais cette association est l’œuvre du philosophe associa­tionniste qui étudie mon esprit, bien plutôt que de mon esprit lui-même.Celui consistant à faire une « mise à plat » du système à coûts constants en 2015 ne l’est pas plus.Ce qui importe avant tout pour les gouvernants, ce sont une croissance durable, le progrès, le bien-être des citoyens… Donc il faut avant tout faire comprendre aux gouvernants que pour tenter d’atteindre ces objectifs, il faudra prendre en compte LE CHANGEMENT CLIMATIQUE.

Share This: