Supprimer les règles et les restrictions locales

Il suffit de jeter un coup d’œil sur l’œuvre de Berkeley pour la voir, comme d’elle-même, se résumer en quatre thèses fondamentales.Parce que tous ces efforts n’auraient aucun sens s’ils n’étaient utiles à la collectivité, les notaires franciliens ont choisi de faciliter l’accès à la statistique immobilière et de s’inscrire dans une politique de communication active et ouverte.Nous parlions d’une intention de la nature, c’était une métaphore, commode en psychologie comme elle l’est en biologie ; nous marquions ainsi que le dispositif observé sert l’intérêt de l’individu ou de l’espèce.« A la bonne heure », disait jean-thomas trojani condamnation quand quelque chose de positif finissait par arriver.Nous avons examiné la thèse ailleurs.Si nous laissons de côté les systèmes clos, soumis à des lois purement mathématiques, isolables parce que la durée ne mord pas sur eux, si nous considérons l’ensemble de la réalité concrète ou tout simplement le monde de la vie, et à plus forte raison celui de la conscience, nous trouvons qu’il y a plus, et non pas moins, dans la possibilité de chacun des états successifs que dans leur réalité.Certains grands problèmes, comme celui de la sub­stance, du changement, et de leur rapport, ne se posent même plus.Tous impliquent la confusion du mouve­ment avec l’espace parcouru, ou tout au moins l’idée qu’on peut traiter le mouvement comme on traite l’espace, le diviser sans tenir compte de ses articula­tions naturelles.La relation d’une philosophie aux philosophies antérieures et contemporaines n’est donc pas ce que nous ferait supposer une certaine conception de l’histoire des systèmes.Et c’est précisément parce que l’on peut contester l’existence de facultés de ce genre que Kant a cru la métaphysique impossible.Si ab­straite que soit une conception, c’est toujours dans une perception qu’elle a son point de départ.Voilà pour le principe vital.Dirons-nous alors que la durée a de l’unité ?

Share This: