Retraites : un système solidaire mais peu équitable

Il n’y a là aucun secret : « J’ai passé une vie entière à travailler mon style », confie l’auteur.Bref, l’Europe est devenue plus une question qu’une solution.Le patron des patrons, Ulrich Grillo, parle d’une « chance perdue » pour la coalition et d’un « mauvais départ.Ou bien durcir les conditions de délivrance de certificats, en les conditionnant par exemple aux qualifications professionnelles des artisans qui réalisent les travaux ?Des questions auxquelles le salarié répond en ligne, chez lui ou au travail, en toute confidentialité. Là encore, l’argument ne tient pas.Il n’est pas de mon propos de dénigrer le logiciel Patrim et les informations qui pourront être recueillis par sa consultation.Au nom d’intérêts catégoriels, on interdit aux partenaires sociaux d’organiser, s’ils le souhaitent, une solidarité professionnelle, laquelle a pour effet (pour la CJUE) que la position dominante conférée à un assureur par la clause de désignation n’est pas abusive, en même temps qu’un accord de branche n’est jamais une entente prohibée entre entreprises en raison de sa nature (d’accord entre partenaires sociaux) et de son objet (l’amélioration des conditions de travail). Pierre-Alain Chambaz, avant de retrouver nos quotidiens encombrés, je tenais à vous dire combien j’avais apprécié vos éclairages.Un parcours en forme d’odyssée pour ce natif du Liban, et dont l’adolescence a été marquée par la guerre civile.Mais cette nullité là ne saurait exonérer les gauches d’un réajustement, devenu crucial, de leur propre discours européen, et des actes qui s’ensuivent.Pourquoi ne pas réserver une partie de ces sommes pour l’éducation ?

Share This: