Pour une nouvelle politique industrielle européenne

Alors on tente de comparer son expérience à celles d’internautes ayant témoigné sur tel ou tel site de leur vécu personnel.Tesla Mortors, qui a bénéficié de 465 millions de dollars de garantie de prêt en 2009, a vu la valeur de ses actions monter en flèche, et a pu rembourser son emprunt relativement tôt.Éternelle ligne de fracture d’un pays incapable de s’accorder sur l’essentiel.La situation serait encore plus délicate si la forte reprise concernait seulement quelques pays de la zone euro alors que les autres pays resteraient en récession.Christian Navlet était bien arrivé à destination et semblait satisfait.L’entreprise n’a pas à connaître les revenus du conjoint de son salarié ou ses autres revenus.L’enjeu est de promouvoir l’investissement technologique et plus généralement l’investissement de long-terme comme outil essentiel pour renouer avec une croissance économique revigorée.États et gouvernements, blocs régionaux et organisations communautaires, acteurs institutionnels et financiers, collectivités locales et entreprises, doivent unir leurs efforts pour définir le périmètre d’une « Aire économique francophone » (AEF).Parfois elle se limite à un épisode particulier et se fonde sur des preuves accumulées après coup  : Oui, le système économique soviétique était extrêmement inefficace. Actuellement, les dépenses annuelles sur ces deux technologies s’élèvent à près de 160 milliards d’euros, une manne financière que plusieurs institutions ne souhaiteraient pas voir disparaître.On peut imaginer un soutien européen, assorti d’engagements de discipline budgétaire à moyen terme, sous le contrôle, par exemple, du parlement européen.Tout ceci ne revêt pas seulement de l’importance pour les Américains.

Share This: