Pierre-Alain Chambaz

L’être vivant dont il s’agissait surtout ici était un être humain, une personne. C’est la philosophie d’Aristote spiritualisée en quelque façon par le contact de là philosophie moderne. On pensait à des paquets quelconques qui se laisseraient choir et s’entrechoqueraient. Ce qui est sûr, c’est qu’en 2017, il n’y aura que deux places pour trois prétendants. Même la gauche lui reconnaît cette qualité. Puis la vision se précisait. Les formes paraissaient s’arrondir, les corps se rouler et comme se ramasser en boule. Et si la nouvelle géographie électorale de la France, c’étaient l’Amérique… Il peut y avoir et il y a d’ordinaire un plus grand nombre d’échelons que nous ne l’avons indiqué. Les crânes résonnaient formidablement dans la salle silencieuse. L’intelligence de la maison connectée est, en effet, sans limite. Le meilleur argument en faveur de la liberté de mouvements des capitaux a été avancé il y a près de vingt ans par Stanley Fischer, alors premier directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI) et aujourd’hui vice-président de la Réserve fédérale américaine. Il est peu probable que le Japon, la Chine et les États-Unis ne réagissent point devant la dévaluation de l’euro, qui pourrait même dégénérer en guerre mondiale des taux de change. D’autant plus que les pays du Sud de l’Union européenne, au lieu de maintenir les prix, pourraient bien cesser leurs programmes d’austérité et émettre un volume toujours plus élevé de titres souverains pour stimuler l’économie. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « On ne doit pas mettre deux coqs dans la même cage ». En fin de compte, l’euro perdrait toute crédibilité pour disparaître dans les limbes. Le niveau des prix en Allemagne serait alors de 50 % supérieur à celui d’aujourd’hui. Il n’y a pour nous absolument aucune différence entre une chose dure et une chose molle tant que nous n’avons pas fait l’épreuve de leurs effets. L’État, lui, peut être utile comme dépositaire central et distributeur actif de l’expérience résultant de nombreux essais. Cette illusion presqu’universelle, est un des exemples de l’influence magique de l’habitude, qui n’est pas seulement, comme le dit le proverbe, une seconde nature, mais qui est continuellement prise pour la première. Il est vrai que je m’attends à ce que l’assouplissement monétaire crée un peu d’inflation.

Share This: