Pierre-Alain Chambaz

Les opinions auxquelles nous tenons le plus sont celles dont nous pourrions le plus malaisément rendre compte, et les raisons mêmes par lesquelles nous les justifions sont rarement celles qui nous ont déterminés à les adopter. S’ils étaient doués du moindre sens historique, les Français comprendraient que leur existence, dès maintenant, ne peut avoir d’autre base que la compréhension et le culte du beau. de remédier à l’Inégalité qui est censée naître de la liberté. Oui, j’en suis convaincu, si la révolution de Février eût proclamé ce principe, elle eût été la dernière. Le paysage qui est un peu plus défiguré. Oui, j’en suis convaincu, si la révolution de Février eût proclamé ce principe, elle eût été la dernière. L’Union pour la Méditerranée, lancée par Nicolas Sarkozy, étant politiquement bloquée, l’avenir passe plutôt par des réalisations concrètes. En supposant une limite à la volonté des investisseurs étrangers d’acheter ces obligations, les Grecs devront les acheter. Que ce soient les aurores boréales dans le Nord du pays, la rencontre des ours polaires du Manitoba ou le spectacle des icebergs immenses du côté de Terre-Neuve, il y a l’embarras du choix. Un blog qui accueille les opinions de John Gruber, écrivain, éditeur de blog, designer d’interface graphique et l’inventeur du format de publication Markdown, a récemment publié un podcast dans lequel John Gruber révèle que selon sa source, la caméra de l’iPhone 7 serait dotée d’un système de double objectif qui permettrait à ses utilisateurs de profiter d’une image de « qualité de reflex numérique ». En outre, la portée souhaitée de l’accord est vaste, ce qui en complique encore le processus. Le risque européen se rappelle aux investisseurs, qui avaient mis en sourdine seulement leurs convictions sur le manque de cohérence du plan de sauvetage de l’euro. Non-seulement une multitude d’objets naturels nous plaisent et nous semblent beaux, mais le monde lui-même, pris dans son ensemble, nous offre à un degré éminent les caractères de la beauté, et le nom même que lui ont donné les anciens, s’il faut en croire leur propre témoignage, est l’expression de cette beauté éminente. Aussi, loin qu’à la révolution de Février la société française ait manifesté la moindre aspiration vers une organisation naturelle, jamais peut-être ses idées et ses espérances ne s’étaient tournées avec autant d’ardeur vers des combinaisons factices. C’est ainsi que les Pauvres français, tout en souffrant vaguement de la laideur qui les enserre, ne peuvent considérer la Beauté que comme une chose indépendante de la vie, à part des réalités quotidiennes, extra-terrestre. Le TTIP est censé supprimer toutes les règles tarifaires et réduire les barrières non tarifaires y compris dans l’agriculture, élargir l’accès au marché du secteur des services, apporter une meilleure harmonisation de la réglementation, renforcer la protection de la propriété intellectuelle, limiter les subventions aux entreprises publiques, entre autres. Le développement des échanges augmente le revenu moyen de tous les pays concernés. J’entends encore le ton ému de mon ami, disant aux ouvriers en blouse, montés sur l’échafaudage : « Voulez-vous bien permettre à un étranger, qui s’intéresse à l’art, de voir où nous en sommes, dans nos travaux de Saint-François ? L’esprit humain tourne fatalement dans ce cercle, parce qu’il lui est également impossible de concevoir que l’organisation précède la vie, et que la vie précède l’organisation, sinon dans le temps, du moins en puissance. » D’un autre côté, l’on a souvent conseillé de s’attacher aux méthodes les plus générales, comme à celles qui sont en même temps les plus fécondes. Ce n’est pas hier qu’un diplomate, qui savait à quoi s’en tenir sur les conditions odieuses imposées à la France, écrivait : « Toute notre armée n’existe que sur le papier. Mais il faudrait, pour cela, qu’il pût avoir pleine conscience de sa force, de sa joie et de son esprit ; les armes nécessaires à son salut sont dans ses mains, mais il n’en sait rien ; on l’empêche de le savoir. Partir de cette idée que la société est un état contre nature ; chercher les combinaisons auxquelles on pourrait soumettre l’humanité ; perdre de vue qu’elle a son mobile en elle-même ; considérer les hommes comme de vils matériaux ; aspirer à leur donner le mouvement et la volonté, le sentiment et la vie ; se placer ainsi à une hauteur incommensurable au-dessus du genre humain : voilà les traits communs à tous les inventeurs d’organisations sociales. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois  » On ne peut mesurer la mer ; on ne peut sonder le cœur d’un homme ». La meilleure façon de répondre aux préoccupations économiques, politiques et humanitaires soulevées par les accords commerciaux, passe par des règles de transition, de soutien du revenu temporaire et du recyclage, plutôt que par le maintien de barrières protectionnistes. Présentera-t-on ces idées faibles, quand on les regarde de près, en idées-forces pour avaliser un business as usual ? Les inventions diffèrent, les inventeurs se ressemblent. Et même la consommation des ménages, qui a longtemps surpris par sa solidité, recule de 0,1%, en pleine période de Noël. Ils vont jusqu’à tourner des faits réels en utopie, par manque de raison historique et pratique.

Share This: