Le grand retour de l’inflation

En France, deux tiers à 80% des Français sont fermement attachés depuis 20 ans à une compétence nationale pour la protection sociale.A partir de la féconde réconciliation franco-allemande, nous avons cru à une Europe progressivement fédérale, combinant les mécanismes de marché et les politiques communes, plus ou moins sociale-démocrate, s’affirmant peu à peu comme puissance mondiale.Toutefois, de plus en plus de voix se font entendre pour dénoncer ses excès, et orientent la critique vers la théorie juridique de « l’abus de droit », et en pratique dessiner les frontières entre patent pools et patent trolls.L’article se veut plus profond.En outre, une augmentation de l’ouverture et de l’intégration du marché, grâce à l’évolution technologique rapide, exacerbe les divisions, les inégalités, au sein des sociétés comme entre elles. Les cours des sociétés solaires sur les marchés financiers sont en tête de toutes les hausse pour les fonds depuis plus d’un an avec près de 200%, ce n’est pas fini et c’est fondé, çà correspond à un marché pour beaucoup sans aide (voir Solarcity etc).Mais c’est un fait et une bonne nouvelle pour ceux qui n’auront pas à pointer à Pôle emploi dans les prochaines semaines.On ne saurait cependant planifier dans le long terme en se basant sur des hypothèses moyennes : les prévisions à un an sont déjà quasiment impossibles.Au lieu de quoi, s’abritant derrière la directive européenne de réduction des effectifs des services publics, ils ont coupé drastiquement les emplois dans l’enseignement supérieur et la recherche publics.Tandis que le chômage double quasiment sur la même période de 4.Les études menées à ce sujet démontrent que si nous ne maîtrisons pas le développement des biocarburants, cette augmentation pourrait atteindre 40 à 135 millions de personnes en 2020. Même dans ce cadre, comme l’exprime avec justesse le rapport de Christian Navlet « l’influence sur les règles et normes internationales, c’est-à-dire sur les règles du jeu économique, est une composante essentielle quoique peu visible de la compétitivité des entreprises et des États.Le « service minimum » de la BCESelon cette même logique, la BCE devrait aussi acheter les hypothèques (résidentielles et commerciales) non solvables qui plombent l’Irlande, l’Espagne et le Portugal.Dans son sillage, d’autres grandes entreprises et sous-traitants du secteur ont suivi.

Share This: