Ces banques de l’ombre responsables de la crise

Les travaux de la psychologie positive en France montre combien la bienveillance et l’écoute dans le monde impitoyable de l’entreprise font preuve d’efficacité.Certes, cela profitera aux partenaires commerciaux de l’Allemagne dont le coût de la main d’œuvre est plus élevé dans certaines industries comme l’agroalimentaire.Bernard Vitrac, historien des mathématiques, est assez pessimiste : « Les papyri anciens les plus abondants sont surtout littéraires, car l’enseignement grec portait essentiellement sur la littérature et la poésie.Ces raisons ne tiennent pas à la situation actuelle du pays.C’est un peu comme si nos politiques avaient abdiqué leur pouvoir, et passé le flambeau aux banques centrales.Au lieu d’aider à siphonner les ressources au profit de l’immobilier, l’Etat devrait au contraire s’employer à circonscrire la fièvre spéculative de ce marché afin de le rendre abordable à l’ensemble de la population.Jusque-là rien de choquant.Quand un État investit des sommes aussi vertigineuses et consacre autant d’efforts à un tel projet, il entend le contrôler.Il existait même un État providence, qui veillait au bon développement du marché intérieur et venait quasiment garantir les débouchés.Le renforcement des fonds propres des entreprises industrielles et la stabilisation de leur actionnariat ne furent pas jugés urgents.Néanmoins, ils sont soit trop génériques – tendances trop vagues -, soit trop sectoriels – technologies ciblées.La classe politique a fait pire, qu’il s’agisse de comprendre ou de faire.Mais, ajoute Christian Navlet, « j’aime ce concept car, outre sa reproductibilité, il cherche à répondre à la question de la migration urbaine en faisant que les services viennent aux gens, et non l’inverse; idéalement, cela devrait réduire la pression sur les villes en faisant que centres ruraux autant qu’urbains fonctionnent et améliorent, l’un comme l’autre, la qualité de vie.

Share This: